Bruit & Fureur

Un écureuil et des hommes

Il faut dire que l’été avait mal commencé. La météo faisait depuis plusieurs mois clairement le choix de nous emmerder, les journaux parlaient de jeunes filles vaporisées à l’autre bout du monde, du réchauffement climatique qui serait pire qu’envisagé, de je ne sais plus quel méta-hiérarque corrompu au Conseil et, comme si cela ne suffisait pas, de la courbe courbée dans le mauvais sens du chômage qui, disaient-ils gravement, accélérait. Bref, tout semblait foutu et, ce constat posé, la question était de savoir comment le prendre : lutter et tenter de sauver un minimum de choses — mais quoi et comment ?

Lire la suite »

Elizabethan pornography

A nos corps retrouvés, à nos armes perdues, Posées au pied du lit, mêlées comme nos doutes, Prenons la possession de ce qui nous est dû ; Oublions un instant ce que cela nous coûte. Par des murs séparés, là d’autres nous unissent, En toi je vais et viens, ton joli cul tu bombes, Mes mains le soutiennent, Ô délicieux supplice ! C’est perdu dans tes yeux qu’avec toi je succombe.

Lire la suite »

Mutuus dissensus

“… A bien y réfléchir, il n’y eut entre toi et moi jamais d’amour, juste un vacarme de sentiments. C’est à dire que l’on n’aime jamais vraiment dans le bruit : l’amour se trouve dans les silences, les souffles suspendus, il se loge entre deux battements de cœur et au creux des lettres que l’on n’enverra jamais. Il est dans les frissons de deux mains qui se frôlent pour la première fois et dans la douceur de regards, chaque jour renouvelés, posés sur l’autre.

Lire la suite »